top of page
AdobeStock_374788607.jpeg
AdobeStock_374788607.jpeg
AdobeStock_374788607.jpeg

28 mars 2024

Année B

Jeudi Saint

Triduum Pascal

Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.

Jean 13, 14

Lectio Divina

« Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer »


Voyez de quelle compassion le Christ a fait preuve à l'égard de Judas, l'homme qui a reçu tant d'amour et pourtant a trahi son propre Maître, ce Maître qui a gardé un silence sacré sans le trahir auprès de ses compagnons. Jésus, en effet, aurait pu facilement parler ouvertement et dire aux autres les intentions cachées de Judas et ses agissements ; mais non. Il a préféré faire preuve de miséricorde et de charité ; au lieu de le condamner, il l'a appelé ami (Mt 26,50). Si seulement Judas avait regardé Jésus dans les yeux comme Pierre l'a fait (Lc 22,61), Judas aurait été l'ami de la miséricorde de Dieu. Jésus a toujours éprouvé de la miséricorde.

Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997)

Prière universelle

B Jeudi Saint
.pdf
Télécharger PDF • 29KB

B Jeudi Saint
.docx
Télécharger DOCX • 28KB

Méditation

Le Jeudi Saint, nous lisons ce passage de l’Evangile : c’est une chose simple. Jésus, avec ses amis, ses disciples, célèbre la Cène, la Cène de la Pâque; Jésus lave les pieds de ses disciples – c’est une chose étrange qu’il a faite : à cette époque-là, ce sont les esclaves qui lavaient les pieds à l’entrée de la maison. Et puis, Jésus – par un geste qui touche aussi le cœur – lave les pieds du traître, celui qui le vend. Jésus est ainsi et il nous enseigne cela, simplement : entre vous, vous devez vous laver les pieds. Voilà le symbole : entre vous, vous devez vous servir ; l’un sert l’autre, sans intérêts. Comme ce serait beau de pouvoir le faire tous les jours et pour tout le monde : mais il y a toujours de l’intérêt, c’est comme un serpent qui entre. Et nous nous scandalisons quand on dit : « Je suis allé dans ce service public, ils m’ont fait payer un pourboire ». Cela fait mal, parce que ce n’est pas bon. Et nous, si souvent, dans la vie, nous recherchons notre intérêt, c’est comme si nous nous faisions payer un pourboire entre nous. C’est au contraire important de tout faire sans intérêt : l’un sert l’autre, l’un est le frère de l’autre, l’un fait grandir l’autre, l’un corrige l’autre, et donc il faut faire avancer les choses. Servir! Et puis, le cœur de Jésus, qui au traître dit : « Ami » et qui l’attend aussi, jusqu’à la fin : il pardonne tout. Je voudrais mettre ceci aujourd’hui dans le cœur de chacun de nous, même dans le mien : Dieu pardonne tout et Dieu pardonne toujours ! C’est nous qui nous nous lassons de demander pardon. Et chacun de nous, peut-être, a quelque chose là, dans son cœur, qu’il porte depuis un bout de temps, qui tourne dans sa tête, un squelette caché dans le placard. Mais, demandez pardon à Jésus : Lui, Il pardonne tout. Il veut juste la confiance de demander pardon. tu peux le faire lorsque tu as seul, lorsque tu es avec d’autres compagnons, lorsque tu es avec le prêtre. Voici une belle prière pour aujourd’hui : « Mais, Seigneur, pardonne-moi. J’essayerai de servir les autres, mais toi, sers-moi par ton pardon. » Lui, il a payé comme cela par le pardon. C’est la pensée que je voudrais vous laisser. Servir, s’entraider et être sûrs que le Seigneur pardonne. Et combien pardonne-t-il ? Tout! Et jusqu’à quand ? Toujours! Il ne se lasse pas de pardonner : c’est nous qui nous lassons de demander pardon. Et maintenant, je vais faire le même geste que Jésus a fait : laver les pieds. Je le fais de tout cœur parce que nous, les prêtres, devons être les premiers à servir les autres, pas à les exploiter. Le cléricalisme nous conduit parfois dans cette voie. Mais nous devons servir. Ceci, c’est un signe, un signe aussi d’amour pour ces frères et sœurs et pour vous tous ici présents ; un signe qui signifie : « Je ne juge personne. Je cherche à servir tout le monde. » Il y en a Un qui juge, mais c’est un Juge un peu étrange, le Seigneur : il juge et il pardonne. Continuons cette cérémonie avec le désir de servir et de nous pardonner mutuellement.


Homélie du pape François pour le Jeudi Saint :

le « lavement des pieds »

14 avril 2022

Au complexe pénitentiaire de Civitavecchia


© Traduction de Zenit, Anita Bourdin


bottom of page