top of page
AdobeStock_374788607.jpeg
AdobeStock_374788607.jpeg
AdobeStock_374788607.jpeg

7 juillet 2024

Année B

14e dimanche du Temps Ordinaire

Jésus disait :

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle...

Marc 6, 4-5

Lectio Divina

Feuille de Messe


Année B 14ème dimanche ordinaire 2024
.pdf
Télécharger PDF • 235KB




Prière universelle


B 14e dimanche ordinaire
.pdf
Télécharger PDF • 79KB
B 14e dimanche ordinaire
.docx
Télécharger DOCX • 31KB

Méditation

Jésus méprisé


L’identité de Jésus est bien une question récurrente de l’Évangile. Il serait dommage que nos consciences catéchisées cessent de se la poser. Car enfin, ce n’est quand même pas banal de le savoir conçu de l’Esprit, né d’une vierge et prétendu fils de charpentier ! Ce n’est pas rien de l’entendre se présenter comme prophète, qui accomplit les signes par lesquels le Messie d’Israël devait se révéler, tout en désignant le Très-Haut comme son Père ! Si cela n’éveille pas en nous questions et murmures intérieurs, cela n’est-il pas le signe que nos âmes dorment ?


« Un prophète n’est méprisé que dans son pays » : la sentence est bien différente de celle que nous renvoyons volontiers à ceux qui se refusent, selon nous, à l’Évangile, « Nul n’est prophète en son pays ». Il n’y a que parmi les siens que le prophète est méprisé, nous dit Jésus. Mais alors, si nous sommes siens, comment recevons-nous cette annonce ?


Une façon de mépriser Jésus consisterait à ne pas s’interroger à son sujet, à imaginer que nous avons fait le tour de sa question, que nous avons compris ou que nous renonçons à comprendre plus. Lui qui est venu inaugurer une sagesse qui est folie ou scandale pour les hommes, ne susciterait plus dans le cœur de ses disciples ni désir ni agitation ?


Benoist de Sinety

(Méditation inédite pour Magnificat.)


Le père Benoist de Sinety est doyen de la ville de Lille et curé de la paroisse Saint-Eubert.

bottom of page