top of page

Oui, je le veux, je suis là pour toi, pour t'aider !



Foule de malades venant chercher la guérison auprès de Jésus Illustration Par Annalisa © Adobe Stock

L'Évangile d'aujourd'hui nous présente la guérison d'un lépreux (cf. Mc 1, 40-45). Au malade qui le supplie, Jésus répond : "Je le veux, sois purifié !". (v. 41). Il prononce une phrase très simple, qu'il met immédiatement en pratique. En effet, "aussitôt la lèpre disparut et il fut guéri" (v. 42). C'est le style de Jésus avec ceux qui souffrent : peu de mots et des faits concrets.

Plusieurs fois, dans l'Évangile, nous le voyons se comporter ainsi avec ceux qui souffrent : les sourds-muets (cf. Mc 7, 31-37), les paralytiques (cf. Mc 2, 1-12) et beaucoup d'autres personnes dans le besoin (cf. Mc 5). Il le fait toujours : il parle peu et les paroles sont rapidement suivies d'actes : il se penche, prend les mains, guérit. Il ne s'attarde pas dans les discours ou les interrogations, encore moins dans le piétisme et la sensiblerie. Il démontre plutôt la délicate modestie de celui qui écoute attentivement et agit avec sollicitude, de préférence sans se faire remarquer.

C'est une merveilleuse façon d'aimer, et il est bon que nous l'imaginions et l'assimilions ! Pensons aussi aux moments où nous rencontrons des personnes qui se comportent ainsi : sobres en paroles, mais généreuses en actes ; peu enclines à se mettre en valeur, mais prêtes à rendre service ; efficaces dans leur aide parce qu'elles sont prêtes à écouter. Des amis à qui l'on peut dire : "Veux-tu m'écouter ?", "Veux-tu m'aider ?", avec la certitude d'entendre une réponse, presque dans les mots de Jésus : "Oui, je le veux, je suis là pour toi, pour t'aider ! Ce caractère concret est d'autant plus important dans un monde, comme le nôtre, où une virtualité évanescente des relations semble gagner du terrain.

Écoutons plutôt comment la Parole de Dieu nous provoque : "Si un frère ou une sœur est nu(e) et manque de la nourriture quotidienne, et que l'un de vous lui dise : "Va en paix, réchauffe-toi et rassasie-toi", mais ne lui donne pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ?" (Jc 2, 15-16). C'est ce que dit l'apôtre Jacques. L'amour a besoin de concret, l'amour a besoin de présence, l'amour a besoin de rencontre, l'amour a besoin de temps et d'espace donnés : il ne peut se réduire à de belles paroles, à des images sur un écran, à des selfies d'un instant ou à des messages précipités. Ce sont des outils utiles, qui peuvent aider, mais ils ne suffisent pas à l'amour, ils ne peuvent pas remplacer la présence concrète.

Demandons-nous aujourd'hui : suis-je capable d'écouter les gens, suis-je disponible à leurs bonnes demandes ? Ou bien est-ce que je cherche des excuses, je tergiverse, je me cache derrière des mots abstraits et inutiles ? Concrètement, quand suis-je allé pour la dernière fois rendre visite à une personne seule ou malade - chaque personne répond dans son cœur - ou quand ai-je changé mes plans pour répondre aux besoins de ceux qui me demandaient de l'aide ?

Marie, sollicitude, aide-nous à être prêts et concrets dans l'amour.


PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre

Dimanche 11 février 2024


27 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page