top of page

La fécondité de la mort de Jésus




« Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas,

il reste seul. Mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit… »


Mes frères et sœurs, la loi du grain de blé, c’est celle d’une mort qui jaillit en vie nouvelle. Pour le grain de blé, mourir ce n’est pas se décomposer, c’est se reproduire. Le grain de blé qui meurt, c’est le secret de Jésus : cette petite parabole exprime clairement la fécondité de la mort de Jésus. En mourant, Jésus nous révèle qui est Dieu… et il nous révèle à nous-mêmes qui est l’homme.

D’abord, qui est Dieu : le Dieu que nous révèle Jésus n’est pas le potentat, le « Tout-puissant dominateur » que beaucoup de religions imaginent. Non ; c’est un Dieu qui « se donne », un Dieu qui aime jusqu’à l’extrême : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ».

La loi essentielle de Dieu, est donc la « loi du grain de blé » : Dieu, en Jésus-Christ, va jusqu’à donner sa vie pour que l’homme vive. Dieu ne garde rien pour Lui-même, il renonce à Lui-même, il aime. Ainsi découvrons-nous dans l’acte de la mort de Jésus tout l’amour de Dieu pour chacun de nous.

Mais cette révélation de l’attitude fondamentale du cœur de Dieu est aussi une révélation de l’être essentiel de l’homme. L’homme, en effet, n’existe vraiment qu’en adoptant la même attitude de « don total » de soi-même pour l’autre. Il est fait, comme Dieu, pour vivre en aimant. Et le comble de cet amour, c’est de se perdre pour un « autre ». La loi du grain de blé qui meurt pour fructifier en une moisson nouvelle… c’est notre loi, à nous aussi, qui avons été faits à l’image de Dieu.

Un Dieu veut contracter avec son peuple, avec chacun de nous, une alliance ; il veut inscrire sa loi dans le cœur de l’homme, il veut lui pardonner ses péchés. Mais qu’est-ce que ça veut dire inscrire sa loi dans le cœur de l’homme ?

Rappelons-nous qu’après l’Alliance avec Noé (1er dimanche de Carême), avec Abraham (2e dimanche), avec Moïse (3e dimanche), après la rupture de l’Alliance et la reconstruction du Temple (4e dimanche), Dieu, dans la bouche de Jérémie vient tendre la main à l’homme : il veut conclure avec lui une Alliance Nouvelle. « Voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la maison d’Israël. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai dans leur cœur »

Mes frères et sœurs, cette alliance va être marquée par l’obéissance et l’abaissement de Jésus sur la croix comme expression de son amour pour le salut de l’humanité. Rappelons-nous aussi que cette alliance nouvelle n’est plus scellée sur des tables de pierres, mais dans le cœur de l’homme. En reconnaissant ainsi, comme l’écrit le Pape Benoît XVI dans sa lettre encyclique, le caractère central de l’amour, la foi chrétienne est invitée à accueillir ce qui est le noyau de la foi d’Israël, à savoir l’amour.

En ce temps de Carême, cette annonce que nous venons d’entendre aujourd’hui est un don que Dieu fait personnellement à chacun de nous et à tous comme peuple nouveau. L’Esprit est en nous, pour nous ajuster à l’Évangile, comme parole inscrite au plus profond de nous-mêmes. C’est en vivant ainsi que nous pourrons produire « beaucoup de fruits ». Amen.

Père Paul OKAMBA

Curé de Sainte Gertrude - Lasne

5e dimanche de Carême


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page