top of page

Découvrir le vrai visage du Père


L'icône de Jésus-Christ dans la "Chiesa dei Santi Gervasio e Protasio Martiri" à Pavie. Par Adam Ján Figeľ

L'Évangile de la liturgie nous montre Jésus en mouvement : il vient de terminer sa prédication et, après avoir quitté la synagogue, il se rend chez Simon Pierre, où il guérit sa belle-mère ; puis, vers le soir, il sort à nouveau pour se rendre à la porte de la ville, où il rencontre de nombreux malades et possédés qu'il guérit ; le lendemain matin, il se lève tôt et sort pour se retirer et prier ; enfin, il repart à travers la Galilée (cf. Mc 1, 29-39). Jésus en mouvement.

Arrêtons-nous sur ce mouvement continu de Jésus, qui nous dit quelque chose d'important sur Dieu et qui, en même temps, nous interpelle avec des questions sur notre foi.

Jésus allant à la rencontre de l'humanité blessée nous montre le visage du Père. Il se peut qu'en nous subsiste l'idée d'un Dieu distant, froid, indifférent à notre sort. L'Évangile, en revanche, nous montre que Jésus, après avoir enseigné dans la synagogue, sort pour que la Parole qu'il a prêchée puisse atteindre, toucher et guérir les gens. Ce faisant, il nous révèle que Dieu n'est pas un maître détaché qui nous parle d'en haut, mais au contraire un Père plein d'amour qui se fait proche, qui se rend dans nos maisons, qui veut sauver et délivrer, guérir de tous les maux du corps et de l'esprit. Dieu est toujours proche de nous. L'attitude de Dieu peut se résumer en trois mots : proximité, compassion et tendresse. Dieu qui se fait proche pour nous accompagner, tendrement, et pour nous pardonner. Ne l'oubliez pas : proximité, compassion et tendresse. C'est l'attitude de Dieu.

Cette marche incessante de Jésus nous interpelle. Nous pouvons nous demander : avons-nous découvert le visage de Dieu comme Père de la miséricorde, ou croyons-nous et proclamons-nous un Dieu froid, un Dieu distant ? La foi nous donne-t-elle l'agitation du voyage, ou est-elle pour nous une consolation intime qui nous laisse tranquilles ? Prions-nous seulement pour nous sentir en paix, ou la Parole que nous écoutons et prêchons nous fait-elle aussi, comme Jésus, aller à la rencontre des autres, pour répandre la consolation de Dieu ? Ces questions, nous ferons bien de nous les poser.

Regardons donc le chemin de Jésus et rappelons-nous que notre premier travail spirituel est celui-ci : abandonner le Dieu que nous croyons connaître et nous convertir chaque jour au Dieu que Jésus nous présente dans l'Évangile, qui est le Père de l'amour et le Père de la compassion. Le Père proche, compatissant et tendre. Et lorsque nous découvrons le vrai visage du Père, notre foi mûrit : nous ne restons plus des " chrétiens de sacristie ", ni des " chrétiens de salon ", mais nous nous sentons appelés à devenir porteurs de l'espérance et de la guérison de Dieu.

Que Marie Très Sainte, Femme sur le chemin, nous aide à annoncer et à témoigner du Seigneur proche, compatissant et tendre.


PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre

Dimanche 04 février 2024



43 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page